1 0 3000 1 300 120 30 https://workingirlz.fr 1000 1
site-mobile-logo

Marre des clubs coincés ?

Dans le monde du travail, il faut être sérieux, strict et guindé. Et oui, c'est bien connu, professionnalisme rime avec ennui mortel...
adhérer

L’heure de la vengeance

Il y en a partout, ça fleurit dans tous les coins, en veux tu en voilà des attroupements de gens qui se la raconte chef de si de ça. “Ouais tu comprends, moi je suis un PDG, je suis quelqu’un d’important, je suis à la tête d’une société pleine de tunes…” Non en fait ils (ou elles) ne vous le diront pas, ils vous le feront comprendre par le dédain dans leurs yeux lorsqu’ils vous regarderont de haut. Je les plains ces gens qui se croient supérieurs à vous parce qu’ils ont réussis, eux. Vous, vous ne valez rien, vous n’êtes qu’un pion sur leur échiquier. Ces gens là, on peut les trouver dans des clubs d’affaires de la haute société. Ils ne se mélangent pas avec les bas étages, c’est très “private” vous savez. “Ah d’accord, donc si je comprend bien, je dois devenir coincé du cul et très conne pour rentrer dans votre club ?” Super facile ! Pas tant que cela, c’est du travail d’arriver à un tel niveau de connerie.

Sinon vous avez aussi ceux qui se la pètent d’être personne. Alors ceux là je leur tire mon chapeau. Il (ou elle) vous bombardent avec un flot de paroles si important pour ne rien dire, que vous ne comprenez strictement rien de ce qu’il dit. À la fin vous en restez bouche bée. Voyant votre réaction le mec (ou la nana) se dit qu’il est le meilleur. Vous le voyez poster sur les réseaux tout un tas de publications faites avec du copié collé de ses concurrents, il se raconte un business à plusieurs alors qu’il est tout seul, il vous fait croire monts et merveilles sur sa life, s’invente une vie sur Instagram, une entreprise parce qu’il a pleins de likes de gens qui s’en tapent totalement de ce qu’il fait, des amis et de l’argent. Ces gens là vous ne les trouverez dans tous les clubs qui existent sur la Terre. Ils se montrent partout, veulent être partout. Et quand vous les croisez, rien ne se passe, il n’y a que eux qui comptent.

Ah oui, le meilleur pour la fin, il y a celui (ou celle) qui se croit supérieur à vous parce qu’il a des diplômes. “Oui papa et maman m’ont payé une private school. J’ai trop de la chance d’être plus intelligent que toi, et en plus je suis plus beau.” Il ne s’abaissera jamais à entrer dans un club d’affaires ou à créer son entreprise, il a mieux à faire, genre travailler pour une entreprise qui le prend pour un con pour payer le crédit de sa voiture trop chère pour lui.  C’est tellement intelligent de dépenser l’argent qu’on a pas pour faire croire aux autres qu’on a réussi.

Vous pensez que je me permet de juger ? Cela y ressemble fortement, mais ce n’est pas le cas. Ce constat que je fais est le résultat d’une triste réalité sociétale. Nos actes ne sont plus en corrélation avec nos valeurs mais dictés par la peur du jugement des autres. Je dénonce une société qui encourage le rejet de la différence et les comportements égoïstes.

 

Attention sol glissant

Maintenant que je vous ai fait faire un petit tour du quartier, nous allons rentrer dans la maison. Attention, sol glissant.

J’ai une question. Aimez-vous votre travail ?

Réponse A : Oui.

Ok d’accord, super, vous aimez votre travail. Aimez-vous vraiment votre travail, et la façon dont vous travaillez, l’environnement, les personnes, votre boss, les embouteillages sur le trajet, les horaires, etc. Aimez vous les réunions interminables pour rien dire, les procédures que vous trouvez inutiles, tout cet ennui à mourrir que vous subissez chaque jour ?

Vous ne vivez rien de tout cela ? ok great, vous pouvez partir. Sinon merci de passer à la réponse B.

Réponse B : Non.

Pourquoi vous n’aimez pas votre travail ? Quelles sont les raisons qui vous font répondre non ? Est ce parce que vous aimeriez faire autre chose, parce que vous vous sentez obligé pour nourrir votre famille, parce que les conditions sont dures, parce que vous êtes dévalorisé, sous estimé ?

Alors sachez que vos raisons de faire ce travail malgré que vous ne l’aimez pas sont légitimes. Oui, je vous comprend. Vous vous dites que vous n’avez pas vraiment le choix. Vous n’avez aujourd’hui pas la possibilité de changer, et vous avez déjà étudier comment évoluer, et malheureusement ce n’est pas possible pour vous.

Donc aujourd’hui vous ne faites que subir une vie professionnelle qui ne vous convient pas. Tous les jours de votre vie vous vous levez pour faire quelque chose que vous n’aimez pas. C’est à dire que vous allez à l’encontre totale de votre personne. Vous vous manquez de respect. Oui, c’est cela que vous faites. Alors, maintenant vous avez le choix. Soit vous continuez à vous marteler tous les jours en vous disant que vous êtes une victime. Soit vous choisissez de changer.

Oui je sais, vous m’avez dit que ce n’était pas possible. Je ne vous dit pas de changer de job. Je vous dis de changer. Changer quoi ? Ah c’est là que cela devient intéressant. À votre avis, si vous ne pouvez pas changer de job, que pouvez-vous changer et qui ne tient qu’à vous ?

Petite minute de réflexion…

Vous avez trouvé ? Roulement de tambour… Changez votre façon de voir la vie ! Changer votre façon de voir les embouteillages, changez de vêtements, changez de café, changez votre façon de marcher, de téléphoner, de manger… Changez d’humeur, changez de goût, changez de relations, changez de ville, changez !!

La vie est belle, vous êtes belle, arrêtez de porter du gris, arrêtez d’être grincheuse, arrêtez de vous taire, arrêtez d’avoir peur d’être vous-même. Riez, criez, pleurez, chantez, dansez.

Notre monde devient triste, les gens sont en manque de folie, tout le monde devient fou de tout ce désarroi et ce désespoir ambiant. Rien que d’aller dans le métro me fait faire une déprime. Sérieux, regardez les gens autour de vous, il n’y a plus de vie, il n’y a que de la tristesse. Nous allons au cinéma ou sur nos écrans pour vivre des émotions, vivre par procuration la vie des autres au lieu de vivre pleinement notre propre vie.

Le monde des affaires est un congloméra de gens tristes, qui se prennent trop au sérieux. J’ai envie de leur mettre un coup de pied au cul et leur dire “réveillez vous” nous ne sommes plus en 1800, vous ne serez pas guillotiné pour un mot déplacé, c’est toujours la gangrène de qui sera le plus coincé. Qui a dit qu’être pro devait forcément vouloir dire être ennuyeux ? Sérieux ne veut pas dire guindé, ne veut pas dire triste et ne veut pas dire con.

 

Le club new generation

Je suis sérieuse. Ou disons que je sais être sérieuse sans me prendre au sérieux. C’est tout un art. Je peux vous apprendre si vous voulez. Oui oui, je suis miss super généreuse, la nouvelle super woman du 22e siècle.

Alors premièrement… euh je vous ai déjà tout dit en fait 🙂

Maintenant à vous d’installer ce nouvel art de vivre dans votre vie. Et aussi, si vous voulez rencontrer des femmes qui se la racontent pas, histoire de ne pas perdre votre temps, c’est par ici.

 

en savoir plus
Article précédent
Quand les réseaux r...
Article suivant
Ne laissons pas la f...
© Workingirlz 2020 - Made with ♡ by Jenny B.